Adoption du projet de loi 29

25 septembre 2020

L’Ordre des technologues en prothèses et appareils dentaires du Québec salue l’adoption du projet de loi 29 par l’Assemblée nationale du Québec.

Acteurs clés dans la santé buccodentaire des personnes nécessitant une prothèse ou un appareil dentaire, les technologue en prothèses et appareils dentaires (antérieurement techniciens dentaires) réclament depuis longtemps une clarification des activités réservées à la profession ainsi que le changement du titre professionnel de technicien et technicienne dentaire pour un titre qui soit plus représentatif de la profession, et ce, en respect de leur expertise.

« Après plusieurs années de représentations, nous apprécions voir le gouvernement aller de l’avant avec une modernisation de la loi qui viendra reconnaître, nous l’espérons, notre profession à juste titre dans l’équipe buccodentaire. Mais avant tout, il faut souligner que ce changement législatif offrira une protection plus adéquate pour le public » a souligné le président de l’OTPADQ, M. Stéphan Provencher, t.d.

Prochaines étapes

La date de la sanction officielle étant à venir, la mise en application des dispositions de la nouvelle loi sont à déterminer.

Toutefois, l’Ordre travaille déjà à élaborer des outils et diverses communications afin d’expliquer l’impact des changements sur la pratique.

Ces outils seront rendus disponibles au cours des prochaines semaines et des prochains mois.

Ce qui change pour la profession

Un changement de titre reflétant mieux la nouvelle réalité

Après l’entrée en vigueur de la Loi, les techniciens et techniciennes dentaires seront maintenant appelés technologues en prothèses et appareils dentaires (TPAD).

La profession sera maintenant une activité réservée 
Les TPAD seront maintenant reconnus pour concevoir, fabriquer et réparer des prothèses et des appareils dentaires, selon une ordonnance.

Une nouvelle définition du champ d’exercice 
Celui-ci sera défini comme étant : produire des appareils dentaires ou des prothèses dentaires et conseiller le dentiste, le denturologiste et le médecin sur leurs aspects techniques dans le but de suppléer à la perte des dents d’une personne ou de corriger une anomalie buccodentaire.